• Eliya

VISION - Nouvelle rubrique - "Honorer son corps"

Mis à jour : juin 2

Nouvelle rubrique "VISION" qui viendra étoffer mon blog de façon ponctuelle au gré de mes envies et inspirations!


Cette photo est issue de la dernière série que j'ai publiée dans le cadre de l'abonnement FOLIE dans la galerie "EVEIL des SENS".


Tout d'abord, pourquoi avoir choisi le terme "VISION"?

Parce qu'il s'agira de ma vision personnelle des choses, c'est primordial de le préciser et que chacun en tienne compte. Je ne détiens ni ne prétends détenir la vérité ou la meilleure vision, puisqu'il existe autant de vérités que de nombre d'individus sur cette planète. Même si effectivement il y a des perceptions plus ou moins cohérentes, plus ou moins universelles, plus ou moins clairvoyantes et justes. En faisant cela je m'expose aux jugements. qui font éminemment partie du jeu et je l'accepte sinon je ne le ferai pas. Je ne le ferai pas non plus si je voulais paraître ou plaire, parce qu'il y a des moyens bien plus simples de s'y prendre et que ça n'a jamais été un leitmotiv pour moi. Je tiens à souligner que je n'attends rien en échange, je donne simplement, prenez ce dont vous aurez besoin ou ne prenez rien.

Dans quel but exposer ma vision?

Mon but est exclusivement le partage. Cela me permet de développer ou d'approfondir les textes philosophiques que je publie parfois sur instagram. Parce qu'en réalité je partage déjà ma vision, ma perception des choses, mes réflexions, à travers mes photos, ma poésie et mes textes philosophiques. Ces derniers ont vocation à être plus explicites, moins artistiques que mes autres travaux d'écriture et photographiques.


Le cadre étant introduit, commençons! :)


J'aimerais développer le texte " Honorer son corps" que j'ai publié sur Instagram pour illustrer la photo ci-dessus.

Pour cela je le découpe en paragraphes, le texte complet sera réécrit à la fin ;)


Honorer son corps,

Par toutes les voies d'or.

Celle du plaisir sexuel,

Est aussi saine que,

Manger, dormir,

Danser, rire,

Créer et aimer.

Ce 1er paragraphe donne à la fois la place du sexe dans la vie mais aussi son but.

Ici le sexe est considéré comme un acte primaire, naturel, permettant d'honorer son corps par le plaisir.

Le terme "corps" englobe l'aspect physique et l'aspect psychique, le visible et l'invisible. Le corps et l'esprit. Parce que selon moi les deux sont indissociables dans le cadre de relations sexuelles physiques autrement dit nous ne sommes pas mécaniques. Cela dit, la notion de connexion corps et esprit n'implique pas forcément le sentiment amoureux. J'y reviendrai.

Le terme "Honorer" signifie traiter avec un profond respect. Si j'aborde cette notion c'est, vous vous en doutez, parce que selon moi c'est fondamental dans le chemin de vie. Honorer son corps est primordial parce qu'il incarne la vie qui est un cadeau inouï et sacré. En s'honorant, nous honorons la vie. Il convient de stipuler que je place la vie comme valeur absolue dans ma spiritualité.

Les voies d'or, sont des voies primordiales et même si l'alimentation et le sommeil sont des besoins vitaux par rapport au sexe, à la danse ou au rire, par ces comparaisons j'ai voulu mettre en évidence l'essence naturelle et saine de ces besoins, en l'occurrence celui du plaisir sexuel.

Petite parenthèse, le sexe est un besoin naturel que tout le monde ne choisi pas d'explorer, a chacun sa vérité.


Honorer son corps,

En l'aimant tel qu'il est,

Et pour ce qu'il est.

Ici il s'agit d'honorer son corps par, premièrement, l'acceptation de soi, surtout dans un monde où sont dictées des normes de beauté complètement irréalistes, insensées, et infondées qui tendent à façonner la perception collective de la beauté, ce qui est très grave. Sans parler d'une des conséquences devenue banale et non sans conséquences négatives, la modification des corps par la chirurgie.

En second, il s'agit d'honorer son corps par la connaissance de celui-ci. Connaitre le fonctionnement du corps humain dans son ensemble, ses fonctions, ses mécanismes organiques et sensoriels, le microbiote, système hormonal, nerveux, musculaire, émotionnel, cardiaques etc, donc sa physiologie, son métabolisme. Plus on se connait, mieux on peut soigner son corps, sa santé et celles des autres. Honorer son corps (et son esprit, toujours sous entendu) c'est savoir en prendre soin.

Donc là vous remarquez que nous sommes totalement dans l'aspect psychique à travers une approche psychologique du corps (l'acceptation de soi) et une approche intellectuelle du corps (la connaissance physiologique).

Selon moi, ces deux approches sont inhérentes à la sexualité. Elles déterminent notre perception, rapport psychologique et physique au corps, au notre et à ceux des autres.


En s'adonnant aux plaisirs de la chair,

Seulement avec ceux qui le respectent totalement.

Parce que c'est l'amour qui compte.

Et le respect en est issu.

Et il suffit à lui tout seul,

Pour décider de s'offrir du plaisir sexuel.

En solitaire ou pas,

Avec qui l'on veut et quand on le veut,

Du moment que chacun consent.

Ici Je parle de la place du respect dans la sexualité et de sa définition, sa nature. Je parle de la liberté individuelle des pratiques et du consentement qui vient couronner la notion de respect.

D'une part je place le respect en tant que valeur suprême à la légitimité d'un acte sexuel. Tout ce qui a été dit précédemment a son importance dans ce paragraphe car le respect implique que l'on sache honorer, connaitre et aimer son propre corps et donc celui des autres.

D'autre part, j'aborde la définition, la nature du respect qui selon moi trouve sa source dans l'amour, (qui n'est pas le sentiment amoureux, je parle de l'amour au sens large, tout ce qu'il peut contenir, la compassion, la bienveillance, l'amitié etc.. ). Je dis en fait que l'amour est prédominant dans l'initiation d'un acte sexuel, mais je fais en fait référence à la source du respect et non pas au sentiment amoureux. Comme pour la pratique du plaisir sexuel solitaire par exemple, pour le faire il faut se respecter, connaitre son corps et l'aimer et non pas être amoureux de soi.

Ce que je met en évidence c'est le respect en tant que valeur prédominante de l'acte sexuel et non pas le sentiment amoureux, c'est pour ça que je dis qu'il suffit, étant donné qu'il s'agit d'un composant de l'amour.


Pourquoi notre corps serait-il fait ainsi,

Si ce n'est pour lui donner ce plaisir ?

Pourquoi se fixer des limites fantaisistes qui n'appartiennent qu'à ceux qui les ont créées par peur et ignorance?

Ne seraient-elles pas la cause même des abus et excès à outrance?

Il me parait important de souligner que chacun est libre bien sur de ses choix, et je les respecte profondément. J'utilise la forme interrogative car je veux pousser à la réflexion en formulant des questions ouvertes, introspectives et plus vastes.

La 1ère question est d'ordre existentiel, on s'interroge sur la nature même du corps, ses besoins primaires, sa valeur, son rapport à l'amour et à la vie, et là en l'occurrence on se penche sur la légitimité du plaisir sexuel au sein de toutes ces réflexions. Quand on sait par exemple que le clitoris est le seul organe humain qui a une fonction uniquement dédiée au plaisir, on peut se demander pourquoi serait-il existant si ce n'était pas pour le faire fonctionner? Pourquoi est-il placé à cet endroit précis? La nature est parfaite selon moi, il y a une raison à tout. Donc d'après moi, le sexe est légitime, et je dirai même plus, qu' il est sacré car il honore la vie. Mais bien sur, ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas honorer la vie sans sexe et ça ne veut pas dire non plus que sa légitimité nous oblige à le pratiquer. Tout cela indique simplement qu'il n'y a pas de honte à se donner du plaisir, que ce n'est pas "sale", bien au contraire. Ensuite que nous devons vraiment dépasser nos jugements de valeur et notre morale qui sont liés à notre environnement et à notre avis personnel. Tant qu'il y a du respect (valeur absolue*), il n'y a pas de limite morale. Par exemple, ce n'est pas parce que je ne suis pas amoureux que je ne dois pas avoir de rapport sexuel. Autre exemple: ce n'est pas parce que vous pratiquez le sexe avec un seul partenaire à la fois et que cela est votre vérité, votre désir, votre norme que vous devez juger et dénigrer les personnes qui choisissent de pratiquer le sexe avec plusieurs partenaires. Idem pour les gens choisissant l'abstinence totale ou avant le mariage. Nos vérités personnelles et individuelles ne doivent pas nous fermer l'esprit et nous limiter.


La 2ème question évoque ces limites instaurées par nous même donc, qui proviennent de notre environnement personnel (familial) mais aussi des sociétés et religions. Qu'il s'agisse de systèmes d'union (un partenaire ou plusieurs), de principe de virginité, d'orientation sexuelle, de pratiques etc.

Sans formuler aucun jugement moral sur elles, ces croyances sont limitatives, elles ne reflètent en rien la vision de tous parce que c'est impossible, comme je l'ai dit plus haut il y a autant de vérités que de gens sur cette terre. Certains sont totalement inconscients de leur formatage, d'autres ont peur d'être différents, de renier leur culture, ou d'affirmer leurs choix par crainte de rejet, de sanction ou peur de l'inconnu, il existe des milliers de raisons. Mais la seule qui soit réelle est celle qui réside dans notre esprit dont nous sommes maîtres. Nous sommes limités parce que nous croyons l'être et il est évident que cela engendre de l'incohérence, et de la souffrance.

La question du sexe est particulièrement importante dans le monde d'aujourd'hui. Il est au centre d'une immense souffrance planétaire. Plus de 10 milliard d'enfant sont victimes du trafic sexuel dans le monde, des milliards de femmes le sont aussi (prostitution, viol), sans parler des abus silencieux, conjugaux et familiaux.

Dans cette question, j'évoque symboliquement 2 aspects pour aborder 2 causes majeures. J'évoque la peur qui est davantage tournée vers nos limites individuelles et l'ignorance tournée vers la responsabilité des institutions sociétales et religieuses. Attention je précise que je ne remets pas forcément en cause les idéologies de ces institutions, je remets en cause leur façon de faire, leurs systèmes et leurs intentions dans certains cas. C'est un très vaste sujet qui demande beaucoup de connaissances et de recherches. Je ne dis pas non plus qu'elles sont seules responsables. Et si je les pointe du doigt c'est davantage pour favoriser l'esprit d'analyse que l'accusation stérile. Il est évident qu'il existe un lien entre les victimes qui sont principalement des enfants et des femmes et la société patriarcale (instaurée aussi dans la religion) dans laquelle nous vivons. Le sujet de la pornographie est très important également, il est une des illustrations du patriarcat et de ses conséquences.


Et enfin concernant la 3ème et dernière question, j'interroge sur un lien de cause à effet entre les limitations et les excès...

L'interdiction, la privation, le formatage, le clivage, engendre l'incohérence, l'incompréhension, et donc le désordre, le chaos. Surtout à l'heure actuelle où le désordre est colossal, c'est un sujet important croisé à de nombreux autres sujets tout aussi importants. C'est très complexe. En plus d'être conditionnés, les esprits sont embrouillés, et vient s'ajouter la dimension émotionnelle.

D'après moi, tenter d'instaurer une normalité, une vérité n'est pas légitime, ce qui l'est c'est de proposer et de permettre aux autres d'en disposer librement. Il y a la question, d'une importance capitale, de l'éducation des enfants, évidemment pas sur le plaisir sexuel à proprement parlé, mais sur toutes les réflexions préalables que cela suppose, comme tout ce que j'ai pu évoquer ici (la physiologie, la psychologie, le respect, l'amour). Sur le plan moral et éthique, on doit être en mesure de donner les moyens, les enseignements, les connaissances nécessaires aux enfants afin qu'ils puissent de façon évolutive et intuitive construire un raisonnement suffisamment cohérent, autonome et subjectif. Leur offrir aussi un monde plus équilibré et cohérent, parce que grandir dans ce système, et parvenir à construire sa propre vision, s'épanouir, relève de l'exploit. Il y a la question de rééduquer les adultes aussi, les aider à évoluer en conscience et élever leur esprit grâce aux sciences notamment qui se basent sur des études concrètes et des faits et grâce à la philosophie pour apprendre à réfléchir, s'interroger et ouvrir son esprit.


La dénaturation, quelque soit sa cause, créée la pathologie. La dénaturation au sens individuel, la dénaturation de l'être profond. En formatant les esprits, on fait taire leur véritable nature, leur personnalités réelles, leurs aspirations profondes. Il y a de la gravité et de l'absurdité la dedans.


Il n'y aucune vérité absolue.

Au delà des croyances et des jugements,

Ne pas suivre sa vérité intérieure,

C'est se blesser.

C'est ne pas s'honorer,

C'est s'éloigner de la vérité et de l'amour.

Et c'est pourtant la voie de la sagesse.

Etre soi offre l'harmonie,

Qui nous fait pratiquer les plaisirs sacrés en tout équilibre et plénitude.

La plus belle philosophie de vie est celle que l'on a tous au fond du coeur,

Lorsque l'on a su retirer les différentes couches superficielles que notre histoire a installé.

Le plaisir sexuel est sacré.

Et enfin dans ce dernier paragraphe j'appui sur l'importance de chercher, de trouver, d'écouter et d'honorer sa vérité intérieure dans le respect de toutes les autres.

A défaut, il est impossible de s'accomplir et donc d'être durablement heureux, en harmonie avec soi et le monde. C'est ce que je définis comme la voie de la sagesse.


Fin du développement!

J'ai terminé! J'espère avoir été suffisamment claire, et pas trop longue. Je ne sais pas vraiment ce que vous penserez de tout cela, je partage rarement ce genre de réflexion avec les autres mais avec moi même c'est tout simplement mon quotidien :) (plus ou moins bien sur).


Désolé pour les fautes, il y en a toujours...


N'hésitez pas à réagir! ou me poser des questions!


Et voici le texte sans coupes:


Honorer son corps,

Par toutes les voies d'or.

Celle du plaisir sexuel,

Est aussi saine que,

Manger, dormir,

Danser, rire,

Créer et aimer.

Honorer son corps,

En l'aimant tel qu'il est,

Et pour ce qu'il est.

En s'adonnant aux plaisirs de la chair,

Seulement avec ceux qui le respectent totalement.

Parce que c'est l'amour qui compte.

Et le respect en est issu.

Et il suffit à lui tout seul,

Pour décider de s'offrir du plaisir sexuel.

En solitaire ou pas,

Avec qui l'on veut et quand on le veut,

Du moment que chacun consent.

Pourquoi notre corps serait-il fait ainsi,

Si ce n'est pour lui donner ce plaisir ?

Pourquoi se fixer des limites fantaisistes qui n'appartiennent qu'à ceux qui les ont créées par peur et ignorance?

Ne seraient-elles pas la cause même des abus et excès à outrance?

Il n'y aucune vérité absolue.

Au delà des croyances et des jugements,

Ne pas suivre sa vérité intérieure,

C'est se blesser.

C'est ne pas s'honorer,

C'est s'éloigner de la vérité et de l'amour.

Et c'est pourtant la voie de la sagesse.

Etre soi offre l'harmonie,

Qui nous fait pratiquer les plaisirs sacrés en tout équilibre et plénitude.

La plus belle philosophie de vie est celle que l'on a tous au fond du coeur,

Lorsque l'on a su retirer les différentes couches superficielles que notre histoire a installé.

Le plaisir sexuel est sacré.


Eliya

297 vues

ELIYA Ca  |  Modèle Artiste auteure  |  eliya.ca.pro@gmail.comFormulaire de contact

Mentions légales - CGV 

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon